La réassurance est le fait, pour un assureur, de se décharger sur autrui des risques qu’il assure.

(Pour accéder à la page « Droit des assurances », cliquez ici)

En bref, l’assureur est lui-même assuré pour une partie des risques qu’il garantit.

Ainsi, l’assureur est lui même protégé contre des évènements inattendus.

La réassurance est généralisée, et est très largement utilisée par les assureurs.

L’assureur n’en demeure pas moins seul tenu vis à vis de son assuré.

C’est ce qui résulte de l’article L 111-3 du code des assurances (Pour accéder à ce texte, cliquez ici).

Plusieurs types de réassurance peuvent être distingués :

  • La réassurance facultative :

Dans ce cadre, les assureurs proposent leurs risques un par un aux réassureurs, au fur et à mesure que naissent leurs besoins.

  •    La réassurance obligatoire :

Cette fois, la cession des risques aux réassureurs est effectuée, en fonction de diverses modalités, comme le montant des risques, de manière automatique, en vertu de traités.

La distinction suivante peut également être effectuée :

  •  La réassurance proportionnelle :

La réassurance est dite proportionnelle lorsque le réassureur prend en charge une proportion du risque.

  • La réassurance non proportionnelle :

Dans ce cadre, le réassureur  accepte d’assumer le risque lorsqu’il atteint un certain montant.

 

Les assureurs ont recours à la réassurance.